Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  






Cette fiche vous est proposée par : Aqualudo


Les ages mythologiques

Prélude

Prologue - La déesse déchue


Sanctuaire, IIè siècle avant notre ère.


Le Grand Pope n'avait pas tardé à rejoindre l'antique édifice qui se détachait à travers la brume matinale. Il avait répondu à l'appel de Cléon, Chevalier d'Or du Cancer. Comme ses prédécesseurs, il vivait dans une tour reculée du Sanctuaire. Le nouveau Grand Pope, Kalimaque, avait décidé de bâtir douze temples pour accueillir les douze Chevaliers d'Or. Les édifices du premier Sanctuaire avaient été peu à peu abandonnés, succombant sous les assauts du temps. La tour de Cléon était aussi connue sous le nom de Tour des Âmes et le chevalier s'y sentait bien ; il avait de la place pour s'entraîner et pour lire, chose qu'il aimait par-dessus tout. Son jeune apprenti vivait avec lui et c'est ce dernier qui accueillit le Maître du Sanctuaire.


- Mon maître vous attend, il m'a demandé de vous accueillir et de vous mener à lui Grand Pope, bredouilla-t-il en s'inclinant maladroitement.
Le Grand Pope se contenta de suivre le jeune adolescent, sans jamais prononcer un mot. Kalimaque était connu pour sa froideur et son intransigeance. Il ne pouvait compter que sur dix-huit chevaliers, neuf d'or, deux d'argent et sept de bronze. La paix régnait depuis des siècles, Arès avait été dompté, ni Poséidon ni Hadès ne semblaient décidé à reprendre la lutte séculaire contre Athéna. Il fallait pourtant rester vigilant et pour Kalimaque le fait de ne pouvoir compter que sur dix-huit chevaliers représentait une source d'inquiétude permanente. Aussi comptait-il sur une discipline sans faille de ses troupes.


« Tu m'as fait venir pour une bonne raison je suppose ». Respectueusement Cléon accueillit celui qui l'avait nommé Chevalier d'Or quelques années auparavant, après un terrible entraînement le long des côtes illyriennes(1).
- Cette tour sera bientôt abandonnée Grand Pope, je vais rejoindre le nouveau Sanctuaire, mon temple du Cancer. J'ai entrepris de ranger mes affaires et de visiter une dernière fois ces lieux chargés de mémoire. Les Chevaliers d'Or du Cancer ont toujours vécu ici, certains y ont laissé des écritures intéressantes. Hier soir, j'ai découvert un texte très ancien dans une pièce du sous-sol que je n'avais jamais visitée. Cette lecture m'a laissé ... Il chercha ses mots pendant quelques instants ; il savait que ce qu'il avait découvert dépassait toutes ses espérances et il lui était difficile de poser des mots à la hauteur de la vague d'émotion qui l'avait saisi. Inspirant profondément pour retrouver ses esprits, il se lança enfin : « J'ai été subjugué par ces mots. Oui c'est cela. Tenez, asseyez-vous et prenez le temps de le lire ». Le Grand Pope s'assit et retira son casque. Les traits de son visage ne tardèrent pas à trahir l'émotion qui le subjugua à son tour.


Mont Olympe. Le soleil tombait sur les cimes enneigées de la montagne sacrée, muraille majestueuse protégeant le palais de Zeus, maître incontesté des divinités olympiennes. Dans une vaste salle la fête battait son plein.
- Échanson, lâcha une forte voix, apporte donc encore de ce vin de Corinthe, il est tout simplement excellent !
- Arès tu ne sais donc que boire, pesta une somptueuse femme, la plus belle, sans nul doute, que la Terre ait jamais portée.
- Aphrodite, ma douce compagne, tes paroles me fatiguent. Nous venons de terrasser Chronos et ses Titans et tu me parles de retenue ! Mais c'est bien à une fête que Zeus notre maître nous a conviés, non ?
- C'est exact !


Une personne fit son apparition. Zeus, le tout puissant souverain, qui par sa simple présence fit taire toute l'assemblée de divinités.
- C'est exact, répéta-t-il, « nous fêtons un grand moment. Chronos vaincu, nous sommes les maîtres des puissantes divinités grecques. Et cet après-midi j'ai décidé avec certaines personnes que notre monde serait réorganisé. A Poséidon, mon frère, j'offre tous les océans de cette planète. Fais-en ce que bon te semblera », clama-t-il en se retournant vers les trois divinités qui le suivaient.


Un dieu d'une grande prestance s'avança alors, portant dans sa main droite un trident qu'il déposa délicatement contre le mur. C'était Poséidon en personne.
- Merci, mon frère, ce cadeau me comble répondit-il avec ironie.... « J'aurais également aimé recevoir quelques terres. Je saurai cependant créer un monde à mon image sous les mers, tu dois avoir de bonnes raisons ».
- La seconde personne que j'ai décidé de récompenser pour ses efforts est Hadès, mon second frère. A toi la charge de régner sur les morts.


Hadès, qui s'était allongé sur une banquette, ne se leva pas. D'ailleurs personne ne le regardait. Tout olympien qu'il fût, aucun d'entre eux ne le considérait comme une divinité à part entière.
- Je pourrais donc m'enrichir à loisir des complaintes des mortels... finit-il par lancer en mangeant un raisin bien rouge.
- La troisième et dernière personne que je tiens à récompenser est ma fille Athéna. L'assemblée murmura son mécontentement ... « La dernière ! Athéna ! Et moi, Apollon, je serais écarté de ce partage ! »
- Silence Fils ! Je décide ! Reprenant une voix plus posée le maître des lieux poursuivit. « Donc, à Athéna la charge de veiller sur les hommes, ces mortels qui nous amusent tant. C'est une tâche redoutable ; les humains ont tendance à ne pas respecter ce que nous, les dieux, leur accordons ... sois digne de ma confiance ! »


Une silhouette parfaite, sur laquelle de longs cheveux noirs descendaient en cascade, un regard bleu intense, voici qu'Athéna quittait à son tour l'ombre de son père. « Je suis honorée, Père. Je remplirai cette mission avec zèle. Les hommes seront à mon image, tendus vers la sagesse et la paix. Je saurai les punir volontiers s'ils osent se dérober à notre volonté ». Artémis et Arès ne cachaient plus leur exaspération. Une nouvelle fois ce fut Apollon qui prit la parole ; « Et nous ? » s'énerva-t-il.
- À vous l'honneur suprême, répondit Zeus d'une voix assurée. La défense de l'Olympe, la surveillance de la Terre en général, l'éradication des autres divinités de ce monde. Je vous accorde un domaine sur les terres de votre choix mais vous devrez résider ici.


Athéna ne retint pas sa gêne.
- Père ! Surveiller la Terre est ma prérogative ! En outre, entrer en conflit avec les autres divinités pourrait accabler la Grèce de mille maux, et ce d'autant plus que nous pourrions perdre ! Nous sortons d'un conflit difficile, nous ne sommes pas prêts.
- Je décide chère fille, l'aurais-tu déjà oublié ? Pour mener à bien cette guerre nous pouvons très bien nous servir des mortels ...


Le silence se fit sur l'Olympe, assourdissant. Chaque divinité mesurait l'affront fait par Athéna qui contestait sans vergogne les décisions du maître de l'Olympe. Tous savaient cependant que Zeus aimait beaucoup sa fille, tant et si bien qu'il lui pardonnait ses écarts de langage. Pour cela, Athéna avait beaucoup d'adversaires au sein de cette assemblée, mais personne n'osait le montrer au grand jour. Le nouveau maître des océans était de ceux-là, et c'est lui qui brisa le silence en rejoignant sa couche d'un pas lent.
- Athéna, tu es bien trop légère pour gérer les Hommes, assura Poséidon. C'est pourtant simple ; créons, pour nous servir, des ordres de guerriers qui se chargeront de cette basse besogne !
- Très bonne idée, rebondit Hadès. Il serait bon que nous disposions de demi-dieux dévoués pour se battre à nos côtés ... Cette lutte contre les Titans nous a montré que nous devions éviter d'être en première ligne ; c'est bien trop dangereux et ce cher Chronos en a fait les frais.
Arès se leva les yeux injectés de sang, tapant rageusement du poing sur la table d'or et d'airain.
- AH ! Voilà qui est plaisant ! Du sang en perspective, des cadavres, le tumulte des combats, tout ce que j'aime !(2)


Posant son calice sur la table, un jeune homme, au regard inquisiteur, se tourna vers le tumultueux guerrier. « Arès, tu es si sauvage » ... Le maître de l'Olympe le considéra d'un air pensif ; « justement Hélios, mon jeune fils, j'ai une mission pour toi : tu devras seconder Apollon à Delphes. Tu rendras l'oracle pour les mortels, faisant passer ainsi ma volonté(3) ».
- Bien, Père .... Hélios s'inclina, ostensiblement satisfait de cette mission.
- Maintenant festoyons, prenez place ! reprit Zeus, enchanté par la tournure des événements.


Alors que le repas commençait, une des convives ne trouva pas de place. « Zeus, il semble que je n'ai pas de place .... C’est fâcheux », s'inquiéta l'inconnue d'une voix envoûtante.
- En effet, se contenta de répondre Zeus.
- Il me faut une place tout de même ! s'emporta la femme en faisant cesser toute conversation alentour au fur et à mesure que sa colère grandissait, dégageant une puissante onde d'énergie hostile.
- Non. Tu n'as pas de place car tu n'es plus des nôtres, Eris. Je te laisse la vie sauve par égard pour ton ancien amant Arès. Maintenant hors de ma vue, retourne parmi les Mortels, ne reviens plus ici.
- Tu ... tu ne peux pas faire çà ! Eris se tourna vers la femme de Zeus qui gardait les yeux baissés par le poids de la gêne. « Héra, dis quelque chose ! Je suis une des plus anciennes déesses ! J'ai moi aussi participé à la victoire contre Chronos ! Personne ne peut me traiter de la sorte sans en subir les conséquences ! »
Zeus se fendit en grondant de colère : « AH OUI ? ». Son souffle divin s'intensifia tellement que tous les dieux présents furent traversés par un frisson de crainte. Toute la Grèce tremblait de la colère du Maître de l'Olympe. « Un seul revers de ma main pourrait te terrasser Eris. Hors de ma vue, à l'instant ! »


Comprenant qu'elle ne pouvait lutter, Eris se retira. Un homme la suivit, un serviteur fidèle. La déesse déchue quitta le palais sans se retourner. Après avoir marché en silence dans la montagne, elle s'arrêta devant le dernier escalier menant vers la limite du sanctuaire olympien. Elle tenait fermement son sceptre dans sa main droite, contenant sa colère mêlée de tristesse. La Grèce était là, terre de mortels qu'elle rejoignait, elle, déesse ancestrale .... « O ma déesse, ne tardons pas, le courroux de Zeus pourrait vous rattraper et je ne puis rien contre son ire. », murmura son serviteur.

Anaximandre, L'épopée des dieux »


- As-tu trouvé autre chose ? s'enquit Kalimaque le cœur battant. « As-tu retrouvé ... »
Cléon fixa le Maître du Sanctuaire avec ses grands yeux noirs, le visage rayonnant : « Oui, Grand Pope. Il y avait d'autres recueils, cachés dans une urne de pierre. Ils dégageaient une énergie bienveillante, mais puissante. Je me suis plongé dans la lecture du premier toute la nuit. J'ai décidé de vous appeler pour partager avec vous cette découverte. Je savais que vous seriez intéressé. »


Les deux hommes s'installèrent confortablement. Leurs regards se perdirent bientôt dans les pages jaunies de ces recueils hors d'âge.



Notes
(1) Croatie actuelle.
(2) Arès était pour les anciens Grecs la caricature même de la sauvagerie des combats, une brute sans cervelle.
(3) Le sanctuaire de Delphes était connu dans l'antiquité pour ses oracles rendus par la Pythie au nom d'Apollon.




Chapitre 1 : l’appel
Chapitre 2 : Le voyage
Chapitre 3 : Argos, le commencement
Chapitre 4 : Le périple vers Hattousa
Chapitre 5 : Les quatre filles de Cybèle
Chapitre 6 : Immungus le prêtre fou
Chapitre 7 : Sombres rencontres
Chapitre 8 : La fin des Mystères
Chapitre 9 : L’appel du destin
Livre second - Chapitre 1 : Un simple village grec
Chapitre II - Un long périple vers le Grand Nord
Chapitre III – Un dur apprentissage
Chapitre IV - Asgard, terre hostile
Chapitre V – Un nouveau destin
Chapitre VI – Les serviteurs de Loki
Chapitre VII – Adieux au Sanctuaire
Chapitre VIII – La route de la Forteresse Sacrée
Chapitre IX – Le Courroux Divin
Chapitre X – Astragoth
Livre III - Chapitre 1 : Le Seuil des Enfers
Chapitre 2 : Thenséric
Chapitre 3 : Ludoxandros
Chapitre 4 : Le secret des Elfes Noirs
Chapitre 5 : La crypte de la Déesse-Araignée
Chapitre 6 : Porteurs du Courroux Divin
Chapitre 7 – Les héros d’Asgard
Chapitre 8 : Retrouvailles au Sanctuaire
Chapitre 9 : Au service d’Athéna
Chapitre 10 : Epreuves
Chapitre 11 : A la poursuite de Gygès
Chapitre 12 : Le Pacte
Le Livre des Quêtes - Chapitre I : La Croix du Sud
Chapitre II – L’Ours sauvage
Chapitre III – Celle qui sert Héra
Chapitre IV – La bête des steppes
Chapitre V – L’Homme du Nord
Chapitre VI – Le Dragon et le Bouclier
Chapitre VII – L’homme, la voix, le feu
Chapitre VIII : Le chemin de la rédemption
Chapitre IX - La Pierre de Pureté
Chapitre X – Le Lotus et la Voie
Chapitre XI – Le Chasseur Céleste
Chapitre XII – Une Ombre dans la nuit
[Livre des Quêtes] - Chapitre XIII - La Geste des Ases
Livre quatrième - Chapitre I : L’Ordre Noir
Livre quatrième - Chapitre II – Le Col des Tempêtes
Livre quatrième - Chapitre III - Une mission obscure
Livre quatrième - Chapitre IV – Sur le chemin de la guerre
Livre quatrième - Chapitre V – La Bataille du Sanctuaire
Livre quatrième - Chapitre VI – Le Prix
Livre quatrième - Chapitre VII – La Horde
Livre quatrième : Chapitre VIII – La vengeance de Sotar
Livre quatrième : Chapitre IX - La disparition d’un dieu
Livre quatrième - Chapitre X : La réponse et le songe
Livre IV : Chapitre XI - Le destin d’un vieux sage
Livre IV - Chapitre XII : Révélations sous les étoiles
Livre IV - Chapitre XIiI : Le Songe d’Iris
Livre IV - Chapitre XIV : Le temps des choix
Livre IV - Chapitre XV : L’Oracle du Vieux Fou

Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2009 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada