Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  






Cette fiche vous est proposée par : Dyvimm


Le Jugement dernier

Aries Extinction

            « Pourquoi restes-tu là Mintaka ? Doutes-tu de mes capacités ? » Menkalinam jeta un regard suspicieux sur son maître.
_ Nullement, je suis juste curieux de la façon dont ce combat va se dérouler… Ce jeune homme est très fort et je ne suis pas sûr que l’on puisse encore trouver au Sanctuaire quelqu’un de son gabarit en dehors du Grand Pope. Tu as vraiment de la chance de l’avoir choisi comme adversaire… J’aurais bien aimé être à ta place !
_ Ce combat est le mien et je ne compte pas le perdre ! Ce gamin a déjà tué trois de nos compagnons !
_ Oui et je n’interviendrais pas dans votre combat. Je reste en spectateur, et je sais que je n’ai plus rien à t’apprendre. Le reste, tu l’acquerras par l’expérience. Ton entraînement a toujours été parfait et je suis fier de toi. Vaincsce Chevalier pour nous ! »


            Menkalinam acquiesça de la tête et porta son regard sur Kiki qui semblait toujours ne pas pouvoir bouger. Le temps d’un clin d’œil, il s’était volatilisé et réapparaissait un peu plus loin. La tension entre les deux hommes grimpa d’un cran.


            « Je comprends maintenant comment tu as pu échapper à ma précédente attaque ! Tu t’es téléporté pour l’éviter. Tu es vraiment puissant, la télékinésie est une science très difficile à acquérir et d’autant plus à contrôler.
_ Je vois que tu as compris…
_ J’espère que tu possèdes d’autres techniques que ces tours de passe-passe !
_ Oh, ne t’en fais pas pour moi, je me débrouillerai ! Ton copain reste aussi pour m’affronter ? Je vois qu’ils ne te font pas confiance…
_ Il n’interviendra pas dans ce combat qui est le mien, n’aies crainte, tu n’es pas digne de te battre contre un Séphire ! »


            Kiki avait fermé les yeux pendant cette conversation. Il prenait plaisir à parler ainsi et discuter comme entre amis, comme si ce combat n’en était pas vraiment un et que l’un d’eux n’allait pas mourir dans les minutes à venir. Il lui restait un peu moins de douze heures pour venir à bout de son adversaire. Derrière lui, contrairement à ce que pensait Mintaka, se tenaient des Chevaliers encore plus redoutables qui viendraient à bout des combattants de Mars, cela ne faisait aucun doute. Il irait les rejoindre après en avoir fini avec ces deux-là…
C’était son premier vrai combat, il voulait le savourer entièrement. Il avait vu comment les Chevaliers de Bronze avaient réussi l’impossible pour Athéna. Il ne serait pas moins digne qu’eux.
           
            Mintaka ramassa les corps des trois victimes et les transporta à l’écart, puis s’installa sur un rocher à quelques mètres de là. Il observait toute la scène attentivement.


            « Un Séphire ? Qu’est-ce que c’est ?
_ Tu ne connais pas grand-chose de tes adversaires. Je vais t’expliquer notre ordre avant de te tuer puisque nous en avons le temps. Sache que les Armées de Mars sont composées de Séphiroth aussi puissants que vos Chevaliers d’Or. A leur tête se trouve des Empereurs, encore plus puissants ! Je suis moi-même Ishim d’Australis, un simple Combattant dépendant du Séphire de Malkuth, en l’occurrence l’homme que tu vois là et qui est sous les ordres de l’Empereur de l’Equilibre. Mais ne t’en fais pas, je suffirai largement contre quelqu’un comme toi !
_ Hmmm… on verra bien… Ce n’était en tout cas pas le cas de ces trois-là… »


            Kiki désigna les trois premières victimes de cette Maison. Menkalinam avait presque oublié leur présence. Pouvait-on les abandonner ici ?


            « Nous les récupérerons lorsque nous aurons vaincu le Sanctuaire !
_ Et bien je vous souhaite bonne chance car les adversaires que vous allez affronter dans les Maisons suivantes sont, sans conteste, plus puissants que moi !
_ C’est ce que nous verrons ! Maintenant, mets ton armure. En garde Chevalier !
_ J’ai pas besoin d’armure contre toi, allons-y ! »


            Menkalinam était frustré par l’assurance que ce gamin dégageait. Etait-il possible que les Chevaliers d’Athéna soient si puissants, même en l’absence de leurs plus forts représentants ? Il chassa d’un clin d’œil ses pensées et se prépara à attaquer.
            Kiki restait dans la même position décontractée… A vrai dire, il ne possédait pas de mise en garde particulière et ne savait trop comment se mettre. La téléportation était sa technique de défense. Quant à ses attaques, il ne les avait encore jamais utilisées contre quiconque…


            « AURORE AUSTRALE !! »


            L’attaque fusa vers Kiki qui observait attentivement l’Ishim pour comprendre le fonctionnement de ce coup. Sa vitesse était très rapide et atteignait celle des Chevaliers d’Argent. Peut-être un peu plus même. Le rendu était étrange car Menkalinam produisait des ondes lumineuses, mais qui ne pouvaient atteindre la vitesse de la lumière. L’attaque était composée de vagues de couleurs, rapides et énergétiques.
            Alors que celles-ci atteignaient Kiki, il se téléporta comme il l’avait fait la fois précédente. Il n’avait pas besoin d’aller très loin pour cela, quelques mètres suffisaient pour être en dehors du faisceau mortel. Surtout ne prendre aucun coup. Sans armure, il ne pouvait se permettre la moindre erreur.


            Menkalinam dut se rendre à l’évidence : Kiki pouvait échapper à tous ses coups. Pour avoir une chance de l’atteindre, il devrait les lancer suffisamment vite pour qu’il n’ait pas le temps de réagir… c’est-à-dire atteindre la vitesse de la lumière. Cependant l’Ishim n’était encore jamais parvenu à un tel niveau, celui des Séphiroth. Il faudrait donc trouver autre chose.


            « Ce n’est pas avec ça que tu vas pouvoir m’atteindre ! A moi maintenant ! »


            Kiki se concentra et un cosmos jauni l’entoura. Les pierres entourant son opposant entrèrent en lévitation, Menkalinam l’avait déjà vu attaquer ainsi. A l’unisson, elles s’élancèrent vers le combattant ; leur vitesse était équivalente à trois fois celle du son, le moindre choc avec elles aurait des conséquences désastreuses. L’Ishim développa autour de lui une barrière de cosmos, il ne possédait pas vraiment de moyens défensifs, mais un tel champ d’énergie pouvait réduire en poussière n’importe quelle pierre y pénétrant.


            « Ces pierres ne pourront rien contre moi !
_ Voyons ce qu’il en est de celles-là ! »


            Ce n’était plus quelques petits cailloux que Kiki projetait sur lui, mais de véritables rochers. La concentration de son adversaire ne cessait de croître et avec elle, les rochers qu’il manipulait, toujours plus gros et plus rapides. Menkalinam fut vite débordé par ces projectiles divers qui parvenaient de partout. Il frappait les plus imposants alors que les autres s’écrasaient contre son Arcane qui supportait la plupart des chocs.
            Kiki sentait croître son harmonie avec l’environnement dans lequel il évoluait. Au fur et à mesure que sa concentration augmentait, la matière qui se trouvait autour de lui répondait à ses sollicitations : l’entrée de la maison du Bélier n’était plus qu’un vaste champ de bataille dont il connaissait et maîtrisait parfaitement le terrain. Les yeux clos, il situait ce rocher situé à une dizaine de mètres et dans un élan de volonté, le mettait en mouvement vers son adversaire. Shiryu lui avait appris à développer cet accord entre son esprit et la nature, qui lui permettait de la contrôler.
           
            L’Ishim luttait au plus fort de sa vitesse, il se déplaçait à droite à gauche et détruisait ce déluge de roches qui voulait l’ensevelir, ses mouvements se devaient d’être les plus rapides possibles pour frapper chaque pierre et la détruire. Il en arrivait toujours plus, cela ne finirait-il donc pas !


            « AURORE AUSTRALE !! »


            Les pierres qui étaient projetées vers lui dans le couloir de son attaque furent réduites en poussière mais n’atteignirent pas le gardien. Le jeune garçon n’avait pas bougé, les yeux fermés, il n’était même pas tourné vers l’Ishim. A nouveau des roches fusèrent vers lui, l’éraflant, le bousculant et le blessant. Son Arcane était fragilisée de ces chocs consécutifs de plus en plus violents.
Menkalinam ne comprenait pas comment son attaque avait pu être bloquée par de simples pierres. Pourtant Kiki n’avait reçu aucun dégât de l’Aurore Australe et cette fois, il ne s’était pas téléporté. Non, sa concentration ne cessait de croître et, à ce rythme, l’Ishim se voyait déjà recouvert sous des tonnes de gravas : son tombeau !


            Kiki avait redouté le moment où Menkalinam l’attaquerait. Sa propre technique pouvait être terrible, mais son énorme défaut était le temps nécessaire pour acquérir la concentration suffisante et il ne pouvait plus se défendre dans cet état. Contre un chevalier d’Or, ou un Chevalier Divin, il savait qu’il serait déjà mort.
            Sa vision de l’entrée de la Maison du Bélier était parfaite. Il pouvait maintenant ressentir toute la vallée : les marches menant à son temple, jusqu’au Séphire qui regardait la scène sans bouger. Son adversaire luttait en permanence contre le flot de pierres mais ces dernières ne se contentaient plus d’être projetées contre lui, elles disparaissaient puis réapparaissaient directement à haute vitesse vers son adversaire. Kiki se sentait capable de déplacer la falaise entière sur l’Ishim.


            Menkalinam était essoufflé, ce déplacement permanent au summum de sa rapidité le fatiguait énormément et il y avait toujours plus de rochers.


            Kiki avait ouvert les yeux !
            Sa concentration était optimale, l’Ishim ne surmonterait pas son attaque. Il porta son regard sur l’Ishim, fixe. Menkalinam entrevit la détermination du jeune homme, dénuée de sentiments, avant de l’entendre prononcer :


            « ARIES EXTINCTION !! »


            Le cosmos de Kiki explosa. Menkalinam sentit le pic de puissance, et son Arcane se fissura de partout alors que la falaise environnante se volatilisait. Le sol entra en éruption sous ses pieds.


            Des tonnes de roches s’abattirent et recouvrèrent l’Ishim. Des pierres volèrent partout, dans toutes les directions, mais aucune n’atteignit Kiki qui était protégé depuis le début par son Crystal Wall. Une poussière dense s’éleva sur le parvis de la Maison du Bélier.
            Kiki était fier de lui. Il venait de se débarrasser de son premier adversaire, sans trop de mal. Il n’avait même pas une égratignure.


            Un monticule de gravas s’était formé là où auparavant se trouvait le combattant de Mars. Une partie de la vallée, déjà si endommagée autour des marches, venait de disparaître. De l’autre côté se trouvait Mintaka, toujours assis, attendant. Ce côté de la falaise n’avait subi aucun dommage, pourtant il l’avait également invoquée dans son attaque. Elle aurait dû subir le même sort que l’autre versant. Il croisa alors le regard de Mintaka qui restait imperturbable.


            « Eh toi là-bas ! En voilà un de plus que tu pourras emmener avec les autres ! »


            Mais le Séphire restait toujours impassible.


Asgard, Ruines enneigées

            « Tu ne tiendras pas le coup bien longtemps sans ton armure ! »


            Le Général de la Sirène Maléfique enchaînait les coups avec Otrere, Eloim de Mars. Sa flûte se révélait une véritable arme utilisée à bon escient et l’amazone avait le malheur d’en faire les frais. Sa cape noire s’était envolée, emportée par le vent et dévoila de multiples tresses rousses. La vitesse de réalisation des coups de Sorrento était telle que l’Eloim fut vite dépassée et gisait au sol.


            « N’aie pas peur, ce n’est pas de cette façon que j’en terminerai avec toi ! »


            Le Général porta sa flûte à ses lèvres et entama une douce mélodie. Au début, Otrere se sentie transportée par l’air mais bien vite, son corps se crispa dans d’affreuses douleurs. Tous ses nerfs étaient excités à vif et la souffrance lui vrillait le cerveau.


            « Alors Guerrière, mon air est-il à ton goût ?
_ PROTECTION CIRCLE !! »


            Une bulle se développa autour de la combattante, atténuant l’effet de la musique de Sorrento. L’Eloim retrouva une partie de son assurance avant de retomber dans la souffrance.


            « Ça ne sert à rien, Berseker ! Ma musique ne se propage pas à travers l’air, elle affecte directement tes centres nerveux et rien ne peut l’arrêter ! DEAD END SYMPHONY !! »


            La bulle dans laquelle était enfermée Otrere explosa sous l’effet de la mortelle symphonie et elle tomba à genou, se plaquant les mains contre les oreilles, geste inutile toutefois. Ses yeux se révulsèrent et l’Eloim s’affala dans la neige en perdant connaissance.


            Sorrento arrêta son air maléfique. Une grande fatigue s’était emparée de lui en même temps que la tristesse.


            « Les Combattants de Mars ne sont pas très résistants à la musique. Je n’ai même pas eu à supporter d’attaques. Mars pensait-il vraiment qu’Asgard n’aurait aucun défenseur pour envoyer ainsi ses sbires sans protection ! »


            Le Général se retourna, prêt à rejoindre les autres Amazones pour leur faire subir un sort identique. Une quinte de toux le secoua et en retirant sa main, une tâche de sang s’élargit sur son poignet.


            « Comment est-ce possible ? Aurait-elle pu m’attaquer sans que je ne m’en aperçoive… »


            A peine avait-il prononcé ces mots qu’une vive énergie s’éleva derrière lui. Otrere se relevait, revêtue de son Arcane flamboyante blanche, jaune et rouge. Sorrento n’aurait su dire ce qu’elle symbolisait, une espèce de robe ouverte sur le devant qui tombait de chaque côté sur chacune de ses jambes. Deux petites ailes pointaient vers l’arrière, de chaque côté de son casque. Le plus intrigant restait cependant la corne qu’elle brandissait d’un air menaçant dans sa main gauche.


            « Tu es surpris, mais ne t’avais-je pas dit que ce combat ne serait pas si facile ! L’Eloim de Harael est le Ghuildmage des Sables de l’Armée de la Sévérité. En tant que tel, je dispose des pouvoirs guérisseurs des Ghuildmages et d’une capacité de récupération hors du commun ! Je dois reconnaître que ta symphonie est très puissante et elle m’aurait certainement achevée en d’autres occasions, mais pas dans l’état dans lequel tu es ! Tu ne t’en es peut-être pas rendu compte, mais tu n’es pas sorti indemne du POISONOUS DUST ! Ses effets continuent à agir sur toi et t’affaiblissent. Bientôt tu mourras empoisonné ! 
_ Et tu crois vraiment que je vais attendre ce moment pour en finir avec toi ! Si tu as le pouvoir de guérir, et bien je m’arrangerais pour te tuer définitivement ! Je ne crois pas que tu aies celui de résurrection !
_ A condition que tu puisses à nouveau m’atteindre ! POISONOUS DUST !!! »


            Une vapeur nauséabonde se répandit autour de la corne de l’Eloim et entoura Sorrento en proie à une violente quinte de toux avant d’être complètement paralysé. Il n’arrivait même plus à jouer de sa flûte. Cette situation n’était pas sans lui rappeler son échec face au Chevalier Andromède. Il ne pouvait pas se faire avoir de la même façon ! Concentrant son cosmos bleuté autour de lui, Sorrento ferma les yeux et fit le vide dans son esprit. Il devait retrouver le contrôle de ses sens pour se libérer et seul le septième sens lui permettrait d’y parvenir.


            Otrere jubilait de voir son adversaire abandonner le combat. Le Général de Poséidon ne pouvait rien contre le poison mortel qu’elle produisait. Autant son pouvoir de guérison était grand, autant elle était capable d’apporter mort et désolation.
            Subtilement, quelques notes de musique parvinrent jusqu’à elle. Il ne s’agissait pourtant pas de Sorrento qui était toujours au centre du nuage de vapeur. Non, c’était la harpe qu’elle avait entendue peu de temps auparavant… Une complainte triste et délicate, qui n’avait rien à voir avec la mélodie de la flûte de Sirène. Si quelqu’un voulait accompagner la mort de son ennemi par un air de musique, soit ! Mais… ?
Elle n’en revenait pas. Le Général qui allait défaillir d’un instant à l’autre venait d’apparaître, flûte aux lèvres, sur le muret où il se tenait à leur arrivée. Les notes de la flûte accompagnaient maintenant celles de la harpe dans un concerto impitoyable. Otrere pointa sa corne vers le musicien et un rayon de lumière réduisit en poussière le mur, mais Sorrento réapparut aussitôt adossé à une colonne. Elle déplaça son arme vers lui, mais à nouveau il disparut pour revenir en plusieurs endroits. Il y avait maintenant une dizaine de Généraux et à chaque fois qu’un était détruit, deux refaisaient surface.
            La musique était si envoûtante qu’elle avait du mal à se concentrer sur son adversaire. Ses tympans lui faisaient mal, comme si sa tête entrait en résonance avec le rythme imposé par Sorrento. La musique l’entourait de toute part et l’Eloim accomplissait une danse maladive en rythme.


            « J’espère que cette nouvelle musique te plaît ! Je l’ai composée tout spécialement pour toi avec l’aide de cette harpe enchanteresse ! Maintenant, adieu ! DEAD END CLIMAX !! »


            Otrere perçut aussitôt le changement de tonalité de la musique dont les accords harmonieux devenaient dissonants et lui battaient les tempes. Elle devait se défaire au plus vite de son ennemi. POISONOUS DUST ! Le poison mortel se développa tout autour d’elle, partant vers chacune des apparitions qui lui faisaient face, mais ces visions, plutôt que de disparaître se muèrent en monstres difformes. Des aigles au corps de femme, aux ongles griffus qui s’envolèrent vers l’Eloim. PROTECTION CIRCLE !! La bulle n’arrêta aucun des monstres qui agrippèrent l’Amazone entre leurs serres, perforant l’Arcane du Ghuildmage, déchiquetant son corps en lambeaux de chair sanguinolents. Otrere ressentit la douleur l’envahir jusqu’à ce qu’elle devienne insupportable. Elle se battait autant que possible avec la corne qui lui tenait lieu de baguette et dont des rayons lumineux partaient dans tous les sens, mais à peine un monstre était-il désagrégé qu’un autre prenait sa place.
            Après quelques secondes, pendant lesquelles Otrere réussit à maintenir les Sirènes à distance, ses forces l’abandonnèrent et la douleur s’installa durablement dans son corps, la paralysant. Elle perçut les dernières notes de la symphonie de Sorrento qui se terminait en un final grandiose, avant que son esprit ne cesse de lutter et qu’elle s’abandonne doucement à la mort qui s’ouvrait à elle…


            Le corps de l’Eloim s’effondra dans la neige. Cette fois, plus aucun battement de cœur ne parvenait jusqu’à Sorrento. Les sirènes disparurent alors que la musique cessait. L’Arcane intacte du Ghuildmage des Sables ne permettait pas d’expliquer la mort de la combattante.


            « J’ai bien failli mourir contre toi ! Mais finalement tu t’es laissée prendre à ton propre piège. Ma Symphonie n’avait pas le pouvoir de détruire ton esprit, en revanche, associée au requiem de l’Armure d’Eta, nous avons pu envelopper tes pensées dans un tissu de rêves et de visions, si bien que tu n’as jamais décelé où je me trouvais. Tu t’es finalement tuée toi-même en déclenchant ton attaque Poisonous Dust ! Tu as créé une telle atmosphère de poison autour de toi que tu n’as même pas compris que tu en subissais toi-même les effets. Le poison le plus puissant a eu raison du guérisseur le plus fort ! La Symphonie n’a fait que te cacher la réalité. Je ne sais pas si j’aurais réussi à venir à bout de toi sans cela… COUUFF GHFFFF !! »


            Sorrento toussait tout le poison qu’il avait respiré malgré lui et recracha du sang dans la neige.


            « Humm, ce n’est pas bon ça… Mes poumons ont souffert, ce poison était vraiment très puissant, même protégé des ondes sonores qui m’enveloppaient, il a réussi à m’atteindre… Je ne dois plus perdre de temps maintenant, il faut que je rejoigne les deux autres ! »
                                              


            Pas très loin des ruines où le corps d’Otrere commençait à disparaître sous la neige, dans une fracture de la roche, un rayon carmin s’infiltra par l’interstice. A l’intérieur d’une petite cavité, une magnifique harpe rouge reposait sur son socle. Les cordes jouèrent encore d’une étrange musique avant de s’apaiser et de se taire à nouveau…


 


Sorrento partit en courrant à travers les arbres enneigés, mais sa respiration devenait de plus en plus pénible et l’obligeait à s’arrêter pour reprendre son souffle. La chaleur montait dans son corps et sa vue se troublait petit à petit. Se reposant contre un arbre, il n’eut pas la force d’avancer plus et s’effondra par terre…


Résurrection providentielle

 


Menkalinam


            Fini ! Je viens à peine de commencer mon combat et je suis déjà hors jeu… Je n’en reviens pas de la puissance de ce gamin ! Pourtant non, je ne suis pas mort… pas encore… Que m’est-il arrivé ? J’ai ressenti l’explosion, le choc de millions de pierres portées à une vitesse proche de la lumière… Mon Arcane m’aurait-elle protégée ? Ou bien… non il s’agit d’autre chose… Quand il a lancé son attaque, j’ai senti son énergie gigantesque, mais aussi cette autre force m’envelopper… me protéger… comme une seconde peau… Je connais cette aura… Il s’agit… Oui il s’agit de celle de Mintaka, l’aura de mon maître !
            Il a rompu sa promesse pour moi… il est intervenu dans mon combat pour me protéger au dernier moment ! Quel déshonneur ! Sans son intervention je serais mort. Mon corps me fait souffrir partout, je sens mon sang qui s’écoule. Mintaka compte sur moi, je n’ai pas le droit d’abandonner. Il m’a donné une seconde chance, je dois en profiter, réaliser l’impossible pour vaincre ce jeune arrogant !
            Mais comment faire ? Il peut éviter toutes mes attaques qui ne sont pas assez rapides pour lui. Mon Aurore Australe n’a aucun effet, et c’est mon arme la plus puissante… Le corps à corps reste ma seule solution… sans armure, il ne pourra pas résister longtemps à mes coups.
            Je dois revenir dans le combat, je ne peux pas rester ainsi. Je dois guérir mon corps et pour cela, développer mon cosmos à son maximum !


           
Kiki regardait Mintaka qui ne bougeait pas. Qu’attendait-il donc ? Devait-il l’attaquer le premier ?
Un faible cosmos s’éleva du tas de pierres où était enterré l’Ishim. C’était impossible ! Comment avait-il pu résister à son attaque ? Son armure devait être réduite à néant, elle ne pouvait pas être aussi puissante que les armures d’Or.
Le cosmos s’élevait toujours plus intensément de l’amas de roches qui se mit à frémir. Les plus petites entrèrent en lévitation et Kiki pouvait ressentir cette énergie qui était supérieure à celle de l’Ishim. Il jeta un coup d’œil au Séphire, était-ce lui ? Non, ce cosmos appartenait bien à Menkalinam.


Une seconde plus tard, le tas de pierres avait explosé. Son opposant se tenait debout, mal équilibré sur ses deux jambes. Son corps était recouvert de plaques rouges, mais le sang s’était arrêté de couler, d’une façon ou d’une autre, le combattant avait contusionné ses plaies. L’Arcane d’Australis qui le recouvrait avait quasiment disparu, il ne lui restait plus qu’une épaulette et une jambière. Mais le guerrier était plus décidé que jamais, son regard affichait une détermination farouche.


« Surpris de me voir ? J’ai également cru être mort, ton attaque était la plus puissante que j’ai jamais vue. Mais il me reste encore une étincelle de vie et tant qu’elle brûlera je me relèverai pour t’affronter ! En garde chevalier ! »
Menkalinam reprit sa position de combat.


« AURORE AUSTRALE !! »


Kiki voyait à nouveau cette attaque qui n’avait plus de secret pour lui, il se téléporta à côté. Pourtant, en réapparaissant, la douleur qu’il ressentit au niveau de son ventre le propulsa par terre. Son adversaire s’était déplacé en lançant sa technique et avait aussitôt réattaqué là où il était apparu.
Encore au sol, il vit Menkalinam se lancer sur lui pour le frapper. Il ne put que se protéger en faisant rempart de ses bras, mais le coup rempli de cosmos de l’Ishim l’atteignit à l’aine. Jamais il n’avait ressenti une telle douleur. Le combattant s’acharnait sur lui, il comprit qu’il ne pouvait rester là et se téléporta. Mais alors qu’il refaisait apparition, son ennemi chargea aussitôt.
Il n’aurait aucun répit, impossible de préparer une attaque comme la dernière. Kiki se déplaça à nouveau, incapable de répliquer correctement aux coups de l’Ishim. Il s’était également entraîné dans l’art du corps à corps, mais très insuffisamment pour pouvoir affronter Menkalinam qui en possédait une science très avancée. A chaque réapparition, l’Ishim était plus près de le toucher, comme s’il devinait où il avait l’intention d’aller.
L’apprenti de Mû ne pourrait pas tenir ce niveau très longtemps. Il décida d’encaisser un coup pour lui permettre de contre-attaquer. Son adversaire abattit le revers de sa main sur ses côtes alors qu’il projetait contre lui toutes les pierres qui se trouvaient dans son champ d’action. Il se rendit vite compte que ces quelques pierrailles ne pourraient pas grand-chose. L’attaque de Menkalinam l’envoya au sol et le combattant se jeta sur lui, talon en avant. Kiki se volatilisa mais quand il devait agir si vite, il ne pouvait se téléporter sur de grandes distances… l’Ishim se retourna, les bras en avant.
            « AURORE AUSTRALE !! »
            « CRISTAL WALL !! »
D’aussi près, Kiki n’avait aucune chance d’éviter le coup et pourtant, l’attaque de Menkalinam fut bloquée et automatiquement réfléchie. Néanmoins, le combattant ne se trouvait déjà plus au même endroit. Il se déplaçait toujours plus vite et ses téléportations n’étaient plus assez rapides.


            « Alors Chevalier, on dirait que tu n’es plus aussi à l’aise ! » le narguait-il tout en continuant à attaquer. Kiki essayait de parer les coups.
« Je suis vraiment surpris que tu trouves encore la force d’attaquer, mais toi aussi tu te fatigues, tu ne pourras pas tenir ce rythme bien longtemps, tu as perdu trop de sang ! »


            Le combattant savait que le garçon disait vrai. Se déplacer si rapidement, sans répits… il sentait ses forces l’abandonner et les dégâts qu’il infligeait à son adversaire ne suffiraient pas. Ce combat était voué à l’impasse. Mintaka au loin le regardait toujours, pensif. L’Ishim devait gagner coûte que coûte et peu de solutions lui restait. Ses blessures commençaient à se rouvrir sous l’effort, sa vie allait s’éteindre. Il ne pourrait plus sortir vivant de ce duel, sa seule chance était de faire disparaître son adversaire par la même occasion.


            Kiki voyait arriver le moment où il lui faudrait faire l’impossible pour se débarrasser de l’Ishim. Pour cela, il ne voyait plus qu’une solution, l’attaque de son maître. Malheureusement il était loin de la maîtriser. Il ne l’avait vue porter que quelque fois et son maître n’avait pas eu l’occasion de lui en apprendre d’avantage. Arriverait-il à la contrôler ? Rien d’autre maintenant ne serait suffisant.
            Le garçon s’immobilisa en même temps que son adversaire cessait, parallèlement, ses coups. Menkalinam se tenait devant lui, penché en avant, essayant de récupérer son souffle, tout comme lui. Les deux guerriers saignaient, mais les plaies de l’Ishim étaient sans conteste beaucoup plus importantes.


            « Chevalier d’Athéna ! Je dois avouer que je t’ai sous-estimé, tu es beaucoup plus puissant que je ne le pensais et ma meilleure technique est incapable de t’atteindre. Pourtant, je dois remporter ce combat pour mon maître. Je vais donc utiliser contre toi mes dernières forces et cette fois-ci tu ne pourras pas m’échapper ! Sans armure, tu n’y résisteras pas. J’ai compris depuis longtemps que tu ne disposais pas de protection sinon tu y aurais fait appel. Prépare-toi à mourir !
_ Tu es aussi très résistant, puisque tu veux mourir, je t’exaucerai ! »


            La concentration des deux chevaliers atteignit son maximum. Mintaka avait compris ce que son disciple voulait faire, c’était du suicide, mais il était fier de lui ! 


« SOLAR WIND !!
_ STARLIGHT EXTINCTION !! »


L’Epée d’Améthyste

 


Lysippée


            Quelle forêt lugubre… Depuis que nous y sommes entrées, je ne me sens pas à l’aise. Ces monticules bizarres qui ornent les sous-bois, en pierre rose et transparente, je n’ai jamais vu ça avant.
Arriverons-nous jusqu’à Hilda ? Nous ne sommes plus que deux. Waltraute ne nous a pas rejointes et j’ai senti l’aura de Lompado disparaître il y a quelques minutes. Mikaelle s’est bien jouée de nous ! Ce devait être une mission facile où nous n’aurions même pas eu besoin de nos Arcanes ! Au final trois d’entre nous combattent contre de puissants adversaires, Poséidon lui-même est entré en guerre et Athéna a envoyé des renforts ici !
Heureusement, l’aura d’Hilda est de plus en plus faible… Le blizzard qui nous empêchait d’avancer n’est plus qu’une tempête. J’aimerais quand même arriver jusqu’à elle pendant qu’elle est encore vivante.
Après l’arrivée de ce prêtre à Thémiscyra, rien n’a plus été comme avant. Je suis persuadée que c’est lui qui a ordonné à notre Empereur d’envoyer une garnison ici pour réduire à néant les défenses de ce pays et s’en emparer. Que je sache, Mars n’a pas parlé à Choquequirau d’affronter le royaume Asgard qui n’a jamais été un ennemi. Il a juste mentionné le défi contre Athéna. Asgard est un pays où ne règne que froid et désolation et il n’apportera rien à notre Dieu. Je me méfie de ces prêtres, il y en avait un également à Choquequirau qui accompagnait Mars partout. Avec ce capuchon qui leur cache la moitié du visage, ils ne m’inspirent pas confiance. Mikaelle n’a sans doute fait que suivre les instructions qu’on lui a données, le prêtre est à l’origine de tout.
            C’est bizarre, j’ai l’impression que cette forêt nous épie depuis que nous y sommes entrées et ce n’est pas Tanaïs qui me fera part de ses inquiétudes, elle ne parle quasiment jamais ! Dire qu’elle est de la même armée que moi alors que je ne la connais quasiment pas, elle a toujours été très discrète…


            « Tanaïs : ATTENTION !!… »


            Lysippée fit un bond sur le côté et se rattrapa de sa main blessée en grimaçant, la branche d’un arbre venait d’essayer de la faucher. L’Eloim avait l’impression que toute la forêt était emplie d’hostilité envers elles. Une nouvelle branche garnie d’épines fouetta l’air devant elle, suivie d’une deuxième. Les bois se mettaient à les attaquer tous ensembles. Lysippée se débattait, évitant les coups, esquivant les épines. De son côté, Tanaïs faisait le même effort. Son aura se répandit autour d’elle. STORM SHADOW !!
            Une nuée d’esprits volants s’envolèrent et se précipitèrent vers les arbres. Elle en générait tellement que plusieurs rongeaient les branches pour les réduire en sciure. Sa concentration semblait maximale. Lysippée la contemplait, éblouie par sa maîtrise d’ombres capables de dévorer leurs adversaires. Pourtant, plus l’attaque de Tanaïs prenait de l’ampleur et plus la forêt se rebellait. Les sapins avaient cessé de s’intéresser à elle pour se concentrer sur sa compagne. Lysippée devait intervenir. Ce déchaînement n’aurait de cesse que lorsque la forêt serait complètement rasée, ce qui risquait d’être long, si toutefois Tanaïs réussissait à tenir jusque là. 
           
            Lysippée se calma et essaya de repérer la source de ces attaques. Qui maintenant s’opposait à elles ? Son esprit se fit limpide et tranquille, et curieusement elle remarqua que la nature se désintéressait maintenant complètement d’elle. Etait-ce cette harmonie qui lui permettait ainsi d’éviter les velléités végétales ?
            Tanaïs continuait son déchaînement de puissance. Un véritable ouragan d’esprits s’était développé qui enveloppait complètement l’Eloim, la protégeant des coups de plus en plus rudes.


            Lysippée canalisa son énergie à la recherche de la source de puissance, mais celle-ci semblait provenir de partout à la fois, à moins que… Oui, à droite ! Lysippée venait d’apercevoir un reflet indigo et il ne s’agissait pas cette fois des monolithes de pierre rose. Elle s’approcha lentement jusqu’à distinguer clairement une véritable Armure au milieu de laquelle était fichée une épée de la même matière. Il semblait bien que cette protection était à l’origine de leurs malheurs. S’agissait-il de l’Armure d’un des défunts Guerriers Divins ? Elle reposait à l’intérieur du tronc d’un vieil arbre décharné, sur un lit d’ossements et de crânes humains.


            Concentrant son énergie dans son poing, Lysippée agit immédiatement et déclencha son attaque contre la protection. RAPID BITES !!!


            Des milliers de coups s’abattirent sur l’Armure de Delta qui dégagea un flash lumineux rosé sous l’attaque.
            L’épée avait été éjectée de son socle et aussitôt, les attaques contre Tanaïs cessèrent. La protection ne brillait plus que légèrement.


            « Tanaïs, c’est cette Armure qui a déclenché cette attaque de la nature ! »


            Sa compagne s’approcha de Lysippée. Cette dernière fut étonnée de ne voir aucun signe de fatigue sur le visage de Tanaïs alors qu’elle avait dû puiser dans ses réserves pour tenir en échec les attaques végétales.


            « Ça va, tu n’es pas trop fatiguée ? »


            Elle fit signe que non de la tête, avant qu’un étrange rictus d’étonnement orne son visage.


            « L’EPEE !!… »


            Lysippée eut juste le temps de se retourner pour éviter l’arme qui venait de s’élancer contre elle, tranchant le reste de sa toge noire et lui éraflant le bras. L’épée s’était fichée dans un arbre où des cristaux rosés se développaient.
            La colère s’empara d’elle dont les yeux prirent une teinte rouge. Son aura augmenta brusquement jusqu’à éclater autour d’elle. PUMA’S FANG !!


            L’instant d’après, Tanaïs put voir sa compagne démanteler complètement l’Armure qui se tenait devant eux, éparpillant chaque morceau. Elle avait agi si vite que l’Epée avait à peine eu le temps de s’extraire de l’arbre pour plonger vers elle. Cependant, le résultat obtenu était bien différent de celui attendu. Lysippée s’était emparée de l’arme qu’elle brandissait au-dessus de sa tête, comme si elle avait réussi à dompter son pouvoir, et ceci malgré sa blessure à la main.


            « Bravo ! Je n’aurais jamais cru que l’Armure de Delta se laisserait apprivoiser par une Guerrière de Mars !! »


            La neige se mit à tomber dans le sous-bois et la température déjà basse diminua davantage. Dans une tourmente de flocons, Hyoga apparut calmement.


            « Tu as réussi à échapper à Lompado !
_ Ton amie n’a pas apprécié la chaleur de mon cosmos… Vous n’irez pas plus loin non plus !
_ C’est ce que nous allons voir, j’ai très envie de tester les capacités de cette épée.
_ L’épée d’Améthyste de l’Armure de Delta. Etant donné son ancien porteur, je ne suis pas surpris qu’elle te serve maintenant ! »


Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2009 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada